La pomme de terre, un légume qui vous veut du bien

La pomme de terre, un légume qui vous veut du bien

La pomme de terre, aliment de base par excellence, possède de nombreuses vertus. Elle fait bien plus que donner simplement la « patate ». Elle apporte des nutriments intéressants pour tous, y compris les enfants, les sportifs et les personnes en surpoids ou souffrant d’hypercholestérolémie.

En France métropolitaine, la consommation annuelle de pommes de terre par habitant est de 79,3 kg et de 80,3 kg dans les anciens pays de l’Est. Ce qui prouve bien qu’elle convient à l’ensemble de la population, jusqu’aux seniors qui souffrent de malnutrition. Source d’un apport supplémentaire en potassium et magnésium, elles participent à l’équilibre alimentaire en complément des autres principales classes d’aliments comme les protéines, les fruits et légumes et les produits laitiers.

1) C’est l’aliment idéal des sportifs

Vrai : Comme les pâtes, les pommes de terre apportent des glucides complexes et limitent les hypoglycémies durant l’effort. A ce titre, elles fournissent de l’énergie sur la durée. En plus, en les faisant cuire à la vapeur, elles apportent du potassium qui entre dans la contraction des cellules musculaires (38 % des apports nutritionnels conseillés, ANC, pour 300 g) et du magnésium (13 % des ANC pour 300 g). Idéalement, 400 g de pommes de terre lors du dernier repas avant une compétition fournit l’énergie nécessaire et prévient les hypoglycémies.

 2) La pomme de terre doit être supprimée dans le cadre d’un régime hypocalorique

Faux : La pomme de terre en soi n’est pas très calorique. C’est un aliment diététique qui a sa place dans une alimentation « minceur » puisqu’elle apporte 85 kcal aux 100 g (soit une pomme de terre moyenne) et sait couper la faim, surtout si vous la consommez au déjeuner. Vous éviterez ainsi le coup de pompe de l’après-midi et de vous jeter sur une barre chocolatée. Reste à la prendre en compte comme une portion de féculent (150 g à la place du pain par exemple) et à la cuisiner de préférence à la vapeur, à l’eau, au four ou en salade… Idéal pour accompagner un poisson et des légumes verts.

3) C’est un aliment pour les enfants.

Vrai : L’enfant a des besoins plus importants en glucides que les adultes, soit 60 % des apports journaliers recommandés (AJR), d’où l’intérêt des pommes de terre. Chez les tout-petits, elle peut être introduite dès la diversification alimentaire, vers 6 mois, en purée. Elle permet ainsi d’introduire progressivement les légumes verts. Et si les plus grands réclament des frites, n’hésitez pas à varier les cuissons et de présenter des légumes avec (gratins, soupes…), qu’ils mangeront ainsi plus facilement.

4) La pomme de terre est déconseillée en cas d’hypercholestérolémie. 

Faux : La pomme de terre n’apporte quasiment pas de lipides (0,1g pour 100g). Ce sont les chips et les frites qui sont déconseillées dans cette pathologie. Elles sont 3 à 4 fois plus caloriques que des pommes de terre vapeur. 274 kcal pour 100 g de frites et (568 kcal pour 100 g de chips). Elles regorgent aussi de graisses et de sel. En revanche, une portion de 300 g cuisinées à la vapeur apporte des fibres (15 % des ANC) qui, en favorisant le transit intestinal, participe à la prévention de certaines pathologies gastro-intestinales. A présenter avec des légumes.

5) Elle est recommandée dans un régime acido-basique

Vrai : Sa teneur en potassium agirait sur l’hypertension, réduirait l’ostéoporose et les lithiases calciques. À condition une fois encore de privilégier des cuissons à la vapeur avec la peau pour préserver un plus faible indice glycémique (IG).

Infos site "dottissimo"