Les vertus santé du cardon

Légume ancien oublié, le cardon gagnerait à être plus souvent dans nos assiettes car ses bénéfices santé sont nombreux.

Le cardon (C. cardunculus var. altilis, syn. = Cynara cardunculus L. subsp. cardunculus) est une plante potagère verdâtre de la même famille que l’artichaut. Cette plante herbacée bisannuelle, vivace, fait partie de ces légumes “oubliés” qui s’avèrent pourtant des alliés santé à ne pas négliger. De fait, le cardon cultivé possède des vertus médicinales multiples et bénéfiques pour la santé. Tour d’horizon.

Un légume nutritionnellement dense

Le cardon émet quelques tiges épaisses et rameuses pouvant atteindre 1,50 à 2 m selon les variétés et recouvertes de feuilles. Il est consommé pour ses « côtes » charnues (partie comestible) de couleur vert pâle. Mais on peut aussi consommer les fleurs du cardon qui ressemblent à de petits artichauts.
Sur le plan nutritionnel, c’est un aliment qui présente l’avantage d’être très peu calorique (22 kcal/100 g), qui peut faire partie, de ce fait, d’un régime amaigrissant. Il contient également une teneur importante en minéraux et oligo-éléments : magnésium, calcium, fer, sélénium, zinc, et surtout en potassium (400 mg pour 100 g) d’où son intérêt pour la régulation de la tension artérielle chez l’adulte.
Le cardon contient également les vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B5, B6 et B9). La vitamine B9 (acide folique) est particulièrement présente (48 µg pour 100 g).
Dans ces conditions, ce légume est dit “source de vitamine B9” et “source de potassium” (car 100 g de cardon cru apportent plus de 15 % des Valeurs Nutritives de Référence (VNR)), ce qui contribue à faire du cardon cultivé un légume particulièrement intéressant.
Il contient aussi de la vitamine C (4 mg pour 100 g) qui s’avère fort utile pour booster le système immunitaire en période hivernale.

Pour une santé intestinale optimale

Grâce à sa richesse en fibres solubles, cet aliment favorise le bon fonctionnement de l’appareil digestif en facilitant la régulation du transit intestinal et ses fibres débarrassent les voies intestinales de leurs toxines. Son mucilage lui confère des propriétés laxatives naturelles qui peuvent réduire la constipation sévère et sa richesse en eau lui confère des vertus diurétiques.
En outre, il renferme également de l’inuline, un sucre assimilable, qui stimule le développement des bactéries intestinales bénéfiques, car elle n’est ni digérée ni absorbée avant d’arriver dans le côlon : restant intacte, les bactéries peuvent s’en nourrir. Ce qui lui permet d’améliorer ainsi la digestion.
L’inuline, en tant que prébiotique, est particulièrement importante pour le maintien de l’équilibre de la flore intestinale. Cet effet pré-biotique pourrait contribuer au traitement et à la prévention de certaines maladies inflammatoires de l’intestin et de troubles gastro-intestinaux.

Pour un meilleur métabolisme des graisses et du sucre

La forte teneur en fibres du cardon lui permettrait également d’être un bon régulateur du cholestérol sanguin et des graisses alimentaires. En manger régulièrement aiderait, en effet, à réduire le LDL-cholestérol (le « mauvais ») et les triglycérides.
Ce légume contribuerait, de la même façon, à stabiliser la concentration du glucose dans le sang (glycémie) et à limiter la vitesse d’absorption du sucre au niveau du tractus intestinal. Ainsi les nutritionnistes recommandent aussi aux personnes diabétiques sa consommation pour mieux contrôler la pathologie.

Pour lutter contre le stress oxydant

Le cardon possède des propriétés anti-oxydantes en raison des phytonutriments (flavonoïdes, polyphénols) qu’il contient : cynarine, acide chlorogénique, acide caféique, silymarine, lutéoline, etc., qui permettent à l’organisme de lutter efficacement contre les radicaux libres responsables du vieillissement cellulaire et, en partie, de certaines maladies cardiovasculaires et neurodégénératives .

Pour un foie sain

La consommation régulière de cardons représenterait un bon moyen de maintenir le foie en parfaite santé. La cynarine, composé polyphénolique antioxydant, qui lui confère son amertume, possède des propriétés épuratives et détoxifiantes qui favorisent le fonctionnement hépato-biliaire et qui font ainsi du cardon cultivé un excellent allié du foie. La cynarine semble pouvoir aussi réduire l’oxydation des graisses d’où son réel potentiel hépato-protecteur.

Pour prévenir certains cancers

Une étude scientifique in vitro tend également à prouver qu’un composant du cardon cultivé, la cynaropicrine (lactone sesquiterpénique), a un effet anticancer en agissant contre la prolifération de cellules cancéreuses mammaires (8). La cynaropicrine, par son activité cytotoxique et pro-apoptotique semble aussi avoir des propriétés anticancéreuses contre des cellules leucocytaires cancéreuses, comme le relève une étude de 2004 parue dans l’European Journal of Pharmacology.
Sa richesse en fibres et en antioxydants est très bénéfique également pour la prévention des risques de cancers digestifs et en particulier du cancer colorectal.

Pour combattre certaines infections

Le cardon peut aider à lutter contre de nombreuses infections d’origine bactérienne. Une étude de 2008 a ainsi montré des effets bénéfiques contre la croissance d’Escherichia coli, et de Staphylocoques aureus (2).

En conclusion : des études récentes tendent à démontrer que certains phytonutriments contribuent aux propriétés préventives et curatives du cardon cultivé. Dans ces conditions, pour ses bienfaits sur la santé et pour son goût, le cardon constitue un aliment sain, à redécouvrir sans attendre pour notre bien-être.

Infos site "lanutrition.fr"